Grève en Belgique et conséquences...

Publié le par JLo

Il y avait longtemps...
Depuis hier soir, une grève paralyse les transports en commun en Belgique. Là-bas, plus rien ne circule, ni trains, ni taxis,ni bus, ni métros... Apparement encore une fois, cela à donné des idées à nos chèrs cheminots mal compris bien de chez nous. Résultats, certainement par pure solidarité, nous avons droit à une grève nationale.

Vous parlez de préavis ? Aucun, encore une fois...
Le service minimum ? Aucun encore une fois...
Des informations voyageurs? Aucunes, encore une fois...

Décidément, le mois d'octobre, chaque année, est toujours lacible privilégiée des fauteurs de troubles chez les cheminots.
En plus, si on va faire un tour chez ces chers syndicalistes, il n'y a aucun info officielle sur cette grève !! Du moins qui transpire jusque chez lez voyageurs. En cherchant, on peut trouver ce genre d'info:

   

Appel des syndicats pour des réponses sociales à la crise

Reuters - Dimanche 5 octobre, PARIS (Reuters) -

Six syndicats appellent à manifester et parfois à faire grève mardi 7 octobre en France pour exiger des réponses aux urgences sociales, une journée qu'ils jugent plus que jamais justifiée par la crise financière.
Les confédérations CFDT, CGT, CFE-CGC, FSU, Solidaires et UNSA ont saisi l'occasion de la journée mondiale pour le "travail décent" pour mobiliser en faveur du pouvoir d'achat et des salaires, mais d'importants syndicats n'ont pas suivi.
"Ce sera la première réaction syndicale massive à la crise financière internationale", déclare Maryse Dumas, numéro deux de la CGT, à Reuters.
En effet, 170 syndicats de la Confédération syndicale internationale lancent des actions dans une centaine de pays. En France, 87 rassemblements ou manifestations sont prévus.
A Paris, une manifestation partira à 15h30 (11h30 GMT) du métro Alma-Marceau pour rejoindre la place du Trocadero où aura lieu un concert en présence de syndicalistes de 14 pays européens.
Quelques appels à la grève ont été lancés, comme celui de la CGT et de Sud Rail à la SNCF ou des infirmières scolaires (Snics). A l'Education nationale, la CGT, le Snes et le Snep et Snuep ont déposé des préavis de grève, de même que la CGT Fonction publique. Mais peu de perturbations sont prévues.
L'Unef et l'Union nationale lycéenne ont demandé pour leur part aux étudiants et lycéens de se joindre aux cortèges syndicaux.

"AUTRE TYPE DE CROISSANCE"

"Dans tous les pays du monde, les salariés sont appelés à se faire entendre et encore plus en France our montrer clairement que nous ne voulons pas que les salaires, l'emploi, le statut du travail soient sacrifiés sur l'autel de la spéculation financière", explique Maryse Dumas.
Il faut exiger un autre type de croissance fondé sur la valorisation du travail", ajoute-t-elle.
La plupart des syndicats français dénoncent la "passivité" et le "manque de sincérité" de l'exécutif face à la crise financière comme à la hausse du chômage.
A leurs yeux, les annonces de ces derniers jours de Nicolas Sarkozy sont de la pure agitation destinée à occuper le terrain alors qu'il y a urgence à prendre des mesures de soutien à la consommation.
Le gouvernement a confirmé la semaine dernière une brusque aggravation du chômage - 41.300 demandeurs d'emploi en plus en août, la plus mauvaise statistique mensuelle depuis mars 1993.
"On nous a un peu enfumés", a récemment lancé François Chérèque, le dirigeant de la CFDT pourtant réputé pour son réformisme et qui reproche au gouvernement de faire "supporter les difficultés aux gens eux-mêmes en difficulté."
Pour le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, Nicolas Sarkozy a "tendance à grossir l'impact de la crise financière pour s'exonérer d'un débat sur sa propre politique économique et sociale".

Cependant, le front syndical reste désuni, puisque ni Force ouvrière, ni la CFTC ne se joignent à cette journée d'action.
Jean-Claude Mailly, le "patron" de FO, estime que ce type de manifestations départementales n'est pas à la hauteur de l'enjeu et tente de convaincre les autres organisations de mettre sur pied une journée de grève interprofessionnelle.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

   
Bon, ok, mais pour nous quel est le résultat de tout cela ? Voyons un peu du côté officiel:

Réseau Nord - Grève nationale du 7 octobre - Prévisions pour la soirée du 6, les nuits du 6 au 7 et du 7 au 8 octobre et la journée du 07

Bon, on est pas concernés... Ensuite:

Réseau Est - Grève nationale du 7 octobre - Prévisions pour la soirée du 6, les nuits du 6 au 7 et 7 au 8 octobre et la journée du 07

Ah, ça se rapproche on dirait... Ensuite:

Réseau Sud-Est - Grève nationale du 7 octobre - Prévisions pour la soirée du 6 octobre 2008

Aïe Aïe Aïe... Là, ça sent carrément pas bon pour nous... Ils parlent d'un grève pour e 7 Octobre, mais comme d'habitude, ils vont la commencer ce soir avant 18H !!!

Aller; c'est repartit, la grève est donc nationale, suivie par de nombreux cheminots en quète de travail facile, de Week-End prolongés de 4jours...etc..

Et qui encore une fois paye les pots cassés ? ET bien ce sont encore une fois nous, les simples voyageurs...

Au secours...


LEs voies de la SNCF sont impénétrables.MAis on s'y active.

Publié dans Octobre 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article